A Short History Of Crying - Sanja Mitrovic

© Stephan van Hesteren

Au XVIIIème siècle, on pleurait pour un rien. Il était même de bon ton de verser des larmes. Un siècle plus tard, le puritanisme aidant, pleurer devient un acte intime et un signe de faiblesse. Mais récemment, avec l’émergence
de la télé-réalité et le culte de la confession publique, la souffrance privée est devenue un spectacle. Partager en direct ses émotions avec des millions de spectateurs n’est plus seulement permis, mais encouragé. C’est sans doute pour des raisons plus lucratives que thérapeutiques que ces larmes publiques sont devenues un divertissement de masse.
Sanja Mitrović, seule en scène, s’installe entre performance et théâtre. Elle s’incruste littéralement dans des images d’actualités ou d’archives pour dénoncer avec humour cette compassion feinte. C’est une démonstration par l’absurde : elle nous invite habilement à réagir, elle utilise tous les moyens pour arriver à ses fins, jusqu’à nous montrer des images de son pays en guerre, la Serbie. Elle nous amène au bord des larmes… pour mieux épingler notre émotivité obligée !