© Laurent Liefooghe

Ils arrivent… portant chacun une lourde boîte en bois. Une Allemande, une Française, un Anglais, un Belge et un Néerlandais vont jouer l’Europe sur le plateau du théâtre. Tout se passe au pied d’un immense tableau représentant Le Congrès de Berlin du 13 juillet 1878. Ce congrès restera comme un « coup de poignard dans le dos » des États balkaniques qui voient leur indépendance fragilisée. Nos cinq protagonistes vont peu à peu ouvrir leurs boîtes à mémoire et nous raconter leurs petites histoires. Mais la grande Histoire n’a pas refermé ses cicatrices, et leurs récits personnels aux ajustements linguistiques cocasses vont laisser la place à des affrontements directs, violents et d’un patriotisme glaçant.
Le travail de Sanja Mitrović s’appuie pour beaucoup sur les improvisations qu’elle a menées avec ses interprètes. Elle sait, avec une grande maîtrise théâtrale, rassembler ces fragments d’écriture de plateau pour faire vivre un chant dramatique étonnant et poursuit son travail autour de l’identité et de la mémoire, avec force et lucidité.