© CF.

Invitation à un voyage intérieur : celui de nos souvenirs d’enfance.  Comment se promener dans sa propre mémoire ? La musique, sans aucun doute, est un merveilleux guide. Et le cœur des spectateurs se serre dans l’écho mélancolique des êtres exilés.
La voix déchirante d’un violon tend le fil rouge du spectacle, nous invitant à l’émotion autant par la grâce populaire de berceuses ancestrales, que par l’universalisme de Bach. Tous les sens sont convoqués pour vivre cette promenade musicale et humaine.
Memoriae, nous dit Orianne Morreti, est un « spectacle qui se donne à voir comme ces boules de verre pour enfants que l’on renverse, avec de la neige à l’intérieur. »
La gracieuse Orianne Moretti, que le grand public a pu découvrir dans le film Les Brigades du Tigre, cache sous un parcours atypique, une artiste subtile aux multiples talents. Parée d’une expérience impressionnante allant de la danse classique et contemporaine, au théâtre, en passant par le violon et le chant lyrique. Devenue metteur en scène et scénographe, elle signe en 2011 sa quatrième création dramatique, cet opéra de chambre « Memoriae, voix de l’enfance. Voix de l’exil. »